En novembre, les Groupes Qualité échangent autour du lien ville-hôpital sur un territoire

En novembre 2021, les Groupes Qualité bretons se réunissent autour du thème : le lien ville-hôpital sur un territoire. Le cloisonnement souvent perçu entre la médecine de ville et l’hôpital est source de répercussions, dont les patients subissent parfois les conséquences.

Cela étant, la caractérisation de la relation « ville-hôpital » n’est pas aisée. En effet, les liens qui unissent les médecins de ville et l’hôpital sont certes multiples, mais aussi impalpables ou insaisissables. Les tensions croissantes dans le parcours de soins et les évolutions législatives en cours attestent de l’actualité de ce sujet, dont vont se saisir les Groupes Qualité bretons ce mois-ci. 

Objectifs de la séance 

Cette séance a lieu dans le contexte de la mise en œuvre de la loi Ma Santé 2022, qui vise à « rassembler les soignants en ville et les soignants à l’hôpital autour de projets de santé adaptés aux besoins des Français dans les territoires ».

L’histoire de l’organisation hospitalière est rappelée. L’offre de soins hospitalière publique en Bretagne, organisée autour de huit Groupements Hospitaliers de Territoire, est aussi présentée. Des spécificités locales sont identifiées.

 Côté médecine de ville, la loi Ma Santé 2022 exprime la volonté politique d’un développement de la médecine libérale organisée. Il est aussi important de rappeler que le médecin de ville a été formé à l’hôpital, mais que le médecin hospitalier n’a pas été formé à la ville.

Des pistes d’évolutions pour contribuer à améliorer le lien ville-hôpital seront discutées par les Groupes Qualité, comme par exemple le développement des stages en libéral pendant le 2e cycle et en 3e cycle pour davantage de spécialités, ou encore la possibilité pour les libéraux d’occuper une fonction hospitalière à type d’exercice mixte.

Enfin, l’organisation de la prise en charge des SNP (Soins Non Programmés) constitue un enjeu majeur pour l’hôpital, qui cherche à limiter l’accès aux urgences. Les libéraux y contribuent via la mise en œuvre du SAS (Service d’Accès aux Soins). Mais, de manière plus générale, les libéraux souhaitent aussi une amélioration du parcours de soins du patient entre la ville et l’hôpital. Cela pourrait se concrétiser par le développement de la demande d’avis rapide et la facilité d’accès aux plateaux techniques (laboratoires, imagerie) sans passer par les urgences.

Crédits image : Illustration Vecteurs par Vecteezy

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Les autres actualités des Groupes Qualité Bretagne